11 choses que les “anti-zen” ne comprendront jamais

Vous n’êtes pas des menteurs !

Vous n’êtes pas des faibles !

Pourtant, c’est l’image que les "anti-zen" voudraient vous coller à la peau ! Ils pensent que le stress c’est dans votre tête, voire que vous affabulez. Que vous ne savez pas être fort face aux évènements de la vie que vous prenez pour des agressions. Que vous faites partie de ces personnes haut-perchées qui n’est jamais satisfaite de sa condition et baigne dans les trucs new age. 

Et pourtant…

Votre mal-être est bien réel. Les symptômes que vous ressentez ne sont pas une invention de votre esprit. Et vous êtes aussi “normal” que les autres !  Vous voulez simplement vous sentir bien à nouveau.

Alors, qu’est-ce que les "anti-zen" ne comprendront jamais sur votre problème ?

Ils ne comprennent pas que notre souffrance est réelle

Une des choses les plus frappantes avec la plupart des personnes, quand vous parlez avec elles de vos problèmes de stress et de vos démarches pour vous en sortir…

C’est qu’elles vous répondent “oui, oui”, mais vous sentez qu’elles n’y croient pas du tout. 

Elles pensent que c’est dans votre tête et que vous ne souffrez pas réellement. 

A la limite un peu de repos et c’est réglé. 

Les gen se se disent, “tiens voilà encore l’autre avec ses histoires”. “Il va encore me dire que ça va pas.” “Il s’imagine des choses”.

Pourtant, vous vous le ressentez bien, au plus profond de vous. 

C’est pas une hallucination. 

Vous n’êtes pas bien !

Et pas que dans votre tête. 

Vous le ressentez dans votre corps aussi. 

Et vous avez le droit d’être comme ça et de chercher à vous en sortir. 

La pire chose qu’on puisse faire à quelqu’un, c’est de nier ce qu’il ressent .

Et c’est pourtant ce que font la plupart des personnes avec vous. 

Ils ne comprennent pas que ce n’est pas qu’une histoire de relaxation

Vous avez déjà dû l’entendre celle-ci. 

“Prends-toi un bon bain chaud et ça ira mieux”

Ou encore, “allez, va te payer un massage, tu verras ça va passer”. 

Mais que nenni. 

Il ne suffit pas de dire à un enfant en colère “calme-toi” pour qu’il s’apaise. 

Pratiquer des thérapies de relaxation vous fera du bien, certes. 

Mais uniquement sur le moment. 

Et cela ne durera pas. 

Les "anti-zen" pensent souvent que c’est qu’une histoire de relaxation. 

Mais c’est bien plus complexe que cela. 

Et vous le savez. 

Car vous avez déjà essayé nombre de choses pour vous relaxer...

...et cela n’a pas suffi.

Ils ne comprennent pas que ce n’est pas que dans notre tête

Des fois, il y a de quoi penser que vous êtes fou, n’est-ce pas. 

Mais je vous rassure, vous êtes parfaitement normal. 

Des personnes vous ont sûrement déjà dit que tout ça c’était dans votre tête. 

N’est-ce pas ? 

Comme si cela signifiait que vous êtes frappadingue, barjo…

Comme s’il suffisait de vouloir...  pour que tout s’arrête et que vous retrouviez votre vie d’avant. 

Comme si vous manquiez de volonté quelque part. 

Mais de la volonté, vous n’en manquez pas !

Car vous ne lâchez pas le morceau. 

Et vous devez endurer ce type de remarque désobligeante en plus de chercher des solutions à votre problème. 

Mais ce n’est pas que dans notre tête. Et ce n’est pas parce que la science n’a pas encore réponse à tout….

… ou que les gens ne sont pas suffisamment instruits sur le sujet…

Que notre problème n’existe pas réellement. 

Et qu’il faut plus que de la volonté pour s’en sortir. 

Ils ne comprennent pas que le corps et l’esprit sont liés

Probablement par manque d’instruction, d’informations sur le stress et ses conséquences…

les autres ne comprennent pas que c’est un problème global. 

Ils ne comprennent pas que le corps et l’esprit sont liés. 

Et qu’une rupture d’équilibre au niveau de l’un, va avoir des conséquences de l’autre côté. 

Nos émotions, nos pensées, nos comportements, nos sensations… 

Tout cela interagit. 

Les uns alimentent et impactent les autres. 

Et pour agir sur le stress, il faut agir à tous ces niveaux. 

Agir à la fois sur le corps ET sur l’esprit. 

La preuve la plus évidente, est ce qu’on appelle la somatisation 

C’est à dire que, parce-que vous endurez des choses qui ne vous conviennent plus…

cela va provoquer de réels symptômes au niveau de votre corps. 

Si vous n’êtes pas bien au niveau de votre esprit, cela se ressentira sur votre corps. 

Et c’est ainsi qu’on se retrouve avec tous les symptômes d’une crise cardiaque un soir d’hiver à se demander ce qui se passe… J’en sais quelque chose.

Ils ne comprennent pas que ce n’est pas parce qu’on ne voit rien dans les examens qu’il n’y a rien

"Qu’est-ce qui se passe ?"

"Est-ce que je deviens fou ?"

"Ou alors, j’ai quelque chose de très grave et rare et cela ne se voit pas avec les analyses classiques ?"

Si vous vous êtes déjà dit ces phrases, c’est que vous avez déjà dû en faire l’expérience. 

L’expérience de faire le tour des médecins et spécialistes. 

Et de continuer à chercher avec des analyses spécifiques qu’on vous a dit de faire. 

Et à chaque fois tout va bien....

Sur les examens en tout cas.

Mais vous, vous continuez à subir et à vous sentir mal. 

Et ça, les autres ne comprennent pas. 

C’est au contraire un argument de plus pour dire que tout ça, c’est dans votre tête. 

Que ça n’existe pas. 

Ils pensent que ça n’existe pas ou qu’on fait du cinéma

Et nous y voilà !

Les gens, vos collègues, vos connaissances… la plupart vont croire que vous faites du cinéma. 

Voire… que le stress n’existe pas. 

Que c’est un truc marketing inventé pour vous faire acheter des pilules et autres compléments. 

Ils pensent que vous exagérez ou que vous mentez. 

Dans les deux cas, c’est complètement faux. Et cela ne va pas vous aider à gérer votre stress. 

Ne pas se sentir soutenu, c’est tout sauf ce dont vous avez besoin. 

Alors que ce que vous ressentez est bien là. Bien réel. 

Et c’est parce-que vous en avez supporté bien plus que ce que vous auriez dû…

… et bien trop longtemps !

Que vous endurez cette souffrance physique et mentale maintenant. 

Ils pensent que c’est parce-que nous ne sommes pas assez forts dans notre tête, nous prennent pour des faibles

Certains vont jusqu’à penser que c’est parce-que nous sommes faibles que tout cela nous arrive. 

Et qu’il suffit de se secouer un peu et d’arrêter de gémir pour s’y remettre .

En gros, tais-toi, serre les dents et vas-y !

Comment dire… non, c’est pas trop comme ça que ça se passe. 

Sauf si on veut éclater en plein vol et finir en burn out aggravé. 

Mais ça, ils ne le comprennent pas. 

Ils pensent que c’est une histoire de personnes haut perchées

Les "anti-zen" ont également tendance à penser que nous sommes haut-perchés. 

Qu’on plane tout là haut avec nos trucs zen, notre méditation et tout ça…

Bref, qu’on nage en plein new age, avec l’ambiance enfumée et la musique peace and love jouée par un gars déguisé en chaman…

Vous voyez le topo. 

Alors qu’en réalité, vous êtes des personnes qui ont un problème complexe. 

Que peu de personnes, y compris les médecins, ont du mal à identifier et gérer. 

Et que vous cherchez seulement une solution à votre souffrance. 

Il n’y a pas plus normal que cela. 

Et en plus, on est loin de nager en plein new age dans les véritables solutions au stress. 

Mais vous connaissez la nature humaine, dès que c’est inconnu, on se fait des films et on s’imagine ce qui nous arrange, pour nous protéger. 

Alors, ne leur en voulez pas trop… et continuez votre chemin.

Eux aussi sont peut être impactés pas le stress, mais ne s’en rendent pas compte

Il y a une chose qui vous fait sourire parfois. Je le sais. 

De type sourire en coin. 

C’est lorsque vous êtes face à un "anti-zen" et que c’est flagrant…

… flagrant que lui aussi a des problèmes liés au stress. 

Mais il est tellement dedans, qu’il ne s’en rend même pas compte. 

Peut être cette personne a-t-elle eu des signaux d’alerte, mais ne les as pas vus (ou  voulus entendre). 

Ou peut-être qu’elle n’a pas encore atteint sa ligne rouge. 

Mais vous qui êtes passé par là, vous le voyez comme un nez rouge au milieu d’une figure. 

Mais ces personnes ne sont souvent pas prêtes pour en parler. Elles seront dans le déni la plupart du temps.

Alors, là encore… passez votre chemin. 

Car vous savez que vous devez continuer à agir pour retrouver votre bien-être.

Ils pensent que c’est un truc d’éternel insatisfait

Vous y serez parfois confrontés. 

A ces personnes qui penseront que vous êtes en train d’exagérer. 

Comme un enfant. 

et que vous êtes du genre à pinailler pour un rien. Dès qu’il y a le moindre petit truc ça va pas. 

Ils pensent que vous n’êtes jamais satisfait.e.

Que vous êtes comme ces hypocondriaques qui s’imaginent en permanence des maladies ou des symptômes qui n’existent pas. 

Et pourtant…

Il n’y a aucune exagération. 

Aucun pinaillage. 

Ce n’est pas un problème de bobo citadin. 

C’est du même acabit qu’un enfant qui tombe à peine, qui pour nous n’a rien, 

Mais lui, il pleure fort, il a mal. 

Et on lui dit : “c’est rien, t’as rien, arrête ton cinéma et relève-toi”. 

Mais on n’est pas du tout dans la même situation. 

(et même comme ça, il ne faut pas nier la souffrance de l’enfant dans mon exemple).

Ce que vous ressentez est réel .

C’est bien là. 

Et cela vous pourrit bien la vie. Et la relation avec vos proches. 

Qu’ils arrêtent de le nier. 

Conclusion

Vous et les "anti-zen", vous ne vous comprenez pas. 

Leurs petites remarques vous pèsent et vous rendent la vie encore plus difficile. 

Et vous n’avez vraiment pas besoin de ça 

Mon conseil : passez votre chemin  et poursuivez votre voie vers votre bien-être.

C’est une grande peine et insupportable frustration d’avoir en face de vous des personnes qui nient votre souffrance. 

Vous n’avez pas à le supporter.

Dites-moi en commentaire, la pire phrase qu’un "anti-zen" vous ait dite. 

Heureusement, tout le monde n’est pas comme ça !

Il y a des personnes qui sauront vous écouter et vous épauler.

Voire même vous encourager. 

Ces personnes, ce sont : 

  • les gens qui se sont instruits sur le sujet et sont ouverts d’esprit
  • les empathiques qui ressentent vos émotions et votre mal-être
  • les personnes qui ont vécu la même chose. Ou qui ont un proche qui a vécu la même chose et ils en ont été affectés.

Avec Zen et Fort, vous serez aussi en bonne compagnie.

Car je suis passé par là et je sais ce que vous vivez. 

Je vous souhaite d’être Zen et Fort :-), dans votre tête et dans votre corps.