Votre corps s’encrasse. Tous les jours.

Il accumule des toxines. Tous les jours. 

Déchets… fermentations…

C’est une véritable poubelle à l’intérieur de nous mêmes et sans même qu’on s’en rende compte.

Mauvaise alimentation

Repas toutes les 4 heures…

L’organisme passe son temps à digérer. Et pas forcément toujours les meilleurs aliments.

Il entasse les toxines à longueur de temps.. et ne se repose jamais. 

Bref, votre niveau de santé en pâtit et s’effrite petit à petit, sans que vous vous en rendiez compte.

Jusqu’au jour où vous êtes malade. 

Petite ou grande maladie, touchant votre organisme physique ou votre mental… tout dépend du niveau de toxicité de votre organisme et de comment cela se manifestera sur vous.

“Aaah… j’ai bien mangé :-).

Un petit apéro avec chips, noix de cajou et autres grignotages. 

Puis une bonne pizza. 

Elle est grande en plus ! Ce ne serait pas raisonnable de tout manger…

Mais elle est tellement bonne et son odeur si alléchante. 

Tiens, je me ressers un verre de vin pour l’accompagner. 

Mais que serait un repas sans fromage ! 

Alors, une petite part de gouda, et encore un petit fond de vin rouge pour le mariage mets-vins. 

Après tout ça, une petite sucrerie aiderait bien pour un petit goût final. 

Allez, je vais me prendre un chocolat ou un fromage blanc avec une confiture (c’est bon ça). 

Il ne reste plus qu’un petit café pour clôturer ce bon repas.”

Cela ressemble à un de vos repas ? 

On peut remplacer la pizza par du riz, des pâtes ou autre chose du quotidien.

Le problème avec les fêtes de fin d’année, les vacances… c’est qu’on a tendance à se faire plaisir. 

Puis on a du mal à revenir à une alimentation plus raisonnable, plus équilibrée. 

Mais vous n’êtes pas stupide : bien sûr que vous vous en rendez compte. 

Et ça en rajoute au tableau : vous culpabilisez. 

Puis vous mettez une petite dose d’effort pour manger sainement pendant 1 ou 2 semaines. 

Jusqu’à ne plus tenir.

Mais cela est-il efficace ?

Ces vaines tentatives d’alimentation saine et équilibrée quelques fois par an suffisent-elles ?

C’est pour cela que j’ai jeûné. 

J’ai voulu 

  • Assainir et détoxifier mon organisme
  • Lui donner un peu de repos digestif

Et en même temps : 

  • Renforcer mon niveau de santé et de résistance
  • Renforcer mon mental
  • Améliorer ma gestion du stress (parce-que le jeûne a des vertus sur les troubles mentaux, et donc le stress et ce qui s’ensuit, vous me suivez)

Alors… j’ai soulagé mon corps pour qu’il puisse récupérer.

Et se nettoyer de l’intérieur

Comment ? 

Je vous raconte mon expérience. 

Qu’est-ce que le jeûne

Le jeûne est à la mode. 

Le problème : on lit et entend tout et son contraire : 

  • entre le “le jeûne guérit tout”
  • et le “vous risquez d’avoir de graves problèmes de santé en jeûnant”

On ne sait plus quoi penser.

Qu’est-ce que le jeûne ? 

La définition couramment donnée est la suivante : “Le jeûne est une privation, totale ou partielle, de nourriture, accompagnée ou non d’une privation de boisson.

Le jeûne est donc une forme de frugalité alimentaire. 

Rien que le fait de ne pas manger un type d’aliments est quelque part un jeûne. Vous pouvez appeler cela un régime. Mais c’est aussi un jeûne partiel.

Par exemple, ne plus manger de choses sucrées est un jeûne.

Ne plus boire d’alcool est un jeûne. 

Ne manger que des carottes est un jeûne.

Boire des bouillons au repas du soir est un jeûne. 

Ne pas manger le matin est un jeûne. 

Manger 1 jour sur deux est un jeûne.

Ne manger et boire que le soir est un jeûne.

Les possibilités sont assez variées. 

Mais pourquoi le faire ? 

J’y réponds tout de suite.

Quelles sont les vertus du jeûne

Selon le grand expert du jeûne, le Pr. Désiré Mérien (pour la petite histoire, il a suivi plus de 30 000 jeûneurs sur 50 ans de vie), “les agressions de la vie moderne suffisent à elles seules à engendrer une toxémie générale trop élevée pour l’organisme” (extrait du livre “Jeûne & Santé”, par Désiré Mérien, éditions Exuvie)

Selon D. Mérien, le jeûne permet de :

  • Détoxifier l’organisme
  • Réduire voire résorber des troubles de santé physiques
  • Réduire voire résorber des troubles psychiques

Selon moi, le jeûne s’apparente à une grande remise à zéro des compteurs pour notre corps. 

Un reset qui nous permet de repartir sur des bases alimentaires plus saines et ainsi améliorer notre niveau de robustesse face aux maladies (notre corps)  et aux évènements de la vie (notre esprit). Ce qui nous aidera aussi dans notre résistance face au stress.

Mais attention, le jeûne ne peut pas être fait n’importe comment. 

C’est un grand changement qu’on impose à notre organisme. 

Il faut donc prendre certaines précautions

Les dangers du jeûne

Oui, le titre fait peur.

C’est voulu. 

On ne peut pas prendre le sujet à la légère. 

Le jeûne a d’immenses vertus. Et je dirais même qu’il est nécessaire à une bonne hygiène de vie. 

Mais il ne faut pas faire n’importe quoi, n’importe comment. 

Chacun d’entre vous est unique et possède un état de santé spécifique. 

Et il y a des chances que même vous ne le connaissiez pas. 

Alors, avant d’entrer dans un jeûne de plusieurs jours, il faut y aller mollo. 

Au risque de vous mettre en grave danger

Pour moi, les choses indispensables à faire sont : 

  • S’informer / se former
  • Idéalement : se faire accompagner par un coach spécialisé
  • Idéalement (bis) : le faire dans un centre spécialisé
  • Préparer votre corps progressivement
  • S’écouter et savoir s’arrêter
  • Ne jamais forcer
  • En parler à son médecin
Désiré Mérien, « Jeûne & Santé »

Si vous vous lancez de but en blanc dans un jeûne de plusieurs jours, sans rien manger, voire sans rien boire, alors que vous avez une hygiène de vie “classique”…

Vous avez des chances non négligeables d’aller tout droit dans le mur et de vous retrouver à l’hôpital. 

Et attention, au-delà de 3 jours sans boire, il y a danger de mort

Alors, svp, on ne rigole pas. 

Allez-y petit à petit. 

La méthode des petits pas est aussi valable pour le jeûne.

Comment s’y préparer ? 

Je vous dis ça tout de suite. 

Ma préparation : la descente par paliers alimentaires

Oh, ne n’ai rien inventé. 

Je me suis basé sur mes recherches, auprès d’experts en jeûne.

Et je me suis fait accompagner par le livre de Désiré Mérien Jeûne & Santé, véritable bible et référence française sur le jeûne. 

Bon, je n’en suis pas à mon premier essai.

J’effectue déjà habituellement un petit nettoyage alimentaire chaque année à la même période. 

Une année ça a été tout ce qui était sucré (hormis les fruits frais). 

Une autre année, ça a été le 0 alcool. 

Une autre année, les 2 :-). 

En 2021 j’avais fait un jeûne sec (sans boire de l’eau) pendant 60 h. 

Et là, j’avais prévu un jeûne de plusieurs jours, à l’eau. 

Comment j’ai préparé mon organisme à subir un tel stress pendant plusieurs jours ? 

J’ai procédé selon la règle des paliers alimentaires (ou descente alimentaire) :

  • La première semaine : j’ai enlevé tout ce qui était sucré et alcool
  • La deuxième semaine : à bas les céréales, la viande et le poisson
  • La troisième semaine : je n’ai conservé que les fruits et les légumes, que j’ai consommé peu à peu sous forme de jus. 
  • Enfin, la dernière étape avant le jeûne à l’eau : ne boire que des jus de légumes et fruits frais pressés à l’extracteur. Pour qu’il n’y ait aucune matière solide.

Lorsque j’ai enlevé les céréales, la viande et le poisson, j’ai remplacé par des graines germées déshydratées et diverses variétés de noix et autres oléagineux (trempé puis déshydraté aussi).

Cela fournit des protéines, du bon gras et une grande quantité de micro-nutriments. 

Au fait, il y a une chose à savoir sur cette période de préparation : vous perdez déjà pas mal de poids. 

Ce qui est assez logique. 

Votre corps commence déjà à se nettoyer. Et c’est visible sur la balance

J’ai perdu 5 kg pendant ces 3 semaines de descente alimentaire ! 

C’est la moitié de ce que j’ai perdu en 4 semaines. 

Sauf que ces 3 semaines de descente alimentaire étaient beaucoup plus douces pour le corps qu’un jeûne total. 

Vous vous demandez sûrement : comment savoir si votre corps est bien en train de faire le ménage ?

Voici quelques signes (liste non exhaustive) : 

  • maux de tête (je n’ai pas eu, merci la descente alimentaire)
  • sensation de fièvre sans température (pas eu non plus)
  • sensation de froid (un peu)
  • sensation de chaud (un peu aussi)
  • haleine qui sent pas terrible (j’ai eu une haleine qui sentait le cigare à la fin des 3 semaines de préparation, pendant 1 jour)
  • langue blanche (ça j’ai eu à partir de la fin de la 3ème semaine)
  • nez qui coule (j’y ai eu droit pendant 2 jours)
  • ventre qui tiraille (ça aussi j’ai eu)
  • douleurs musculaires (j’ai eu des douleurs dans le bas du dos)
  • gorge qui gratte, un peu de toux (j’y ai eu droit le 3ème jour de jeûne à l’eau)
  • remontées acides (je les ai bien senties au début)

Et il y a plein d’autres signes possibles. 

Mon jeûne de (presque) 8  jours

Alors, j’avoue que j’ai pas été hyper rigoureux dans ma descente alimentaire. 

10 jours après le début de ma préparation, j’avais un déjeuner chez des amis. Et bien sûr, j’ai mangé et bu normalement…

Et aussi, la veille de mon jeûne, j’ai été au pot d’un collègue qui partait à la retraite. 

Il fallait absolument que j’y sois. Et là aussi… je n’ai pas trop fait attention. 

Hormis ces 2 exceptions, j’ai été à peu près droit dans mes bottes :).

Sauf que je n’ai pas scrupuleusement respecté les principes pour faire un excellent jeûne.

Pourquoi ? 

Parce-que selon les experts, pour être le plus efficace possible et que le corps concentre son énergie sur la détoxification de l’organisme, il faudrait limiter au maximum les dépenses énergétiques vers l’extérieur. 

C’est-à-dire, les relations avec les autres, le travail, les préoccupations, tout ce qui cause du souci (le travail et les enfants par exemple) et l’activité physique.

Je n’ai rien fait de tout ça, à part limiter un peu l’activité physique. 

J’ai fait ma vie normalement.

Alors, comment ça s’est passé… et comment j’ai vécu cette expérience ? 

Voici son déroulé.. 

Le premier jour 

Déjà, j’ai arrêté mes douches froides. 

Tout comme j’ai arrêté l’exercice physique.

Eh oui, tous les deux sollicitent de façon importante le corps en énergie. 

Or, je veux que mon énergie soit concentrée sur la détoxination et non ailleurs. 

Honnêtement, le premier jour était quasiment une journée normale pour moi. 

Je pratique déjà le jeûne intermittent toute l’année : je ne petit-déjeune pas. 

Et il m’arrive aussi de faire des jeûnes de 24h à 48h sans boire d’eau. 

Alors, tenir une journée en buvant de l’eau, c’était plutôt simple et je ne l’ai pas sentie passer.

Le 2ème jour

Alors… comment dire… le 2ème jour, je l’ai bien senti passer…

C’était un samedi.

Tout le monde était à la maison et nous avions des activités de famille prévues…

Et moi, dès le réveil, c’est comme si je n’avais plus de forces. 

Une grosse fatigue au moindre petit effort. 

J’étais au ralenti.

Pratique pensez-vous ;-).

Au niveau poids, j’avais perdu 600g. pendant la nuit. 

Et j’ai aussi commencé à avoir le nez qui coule, comme une rhinite, avec des éternuements. 

Je me suis dit que c’était peut-être une allergie au pollen… mais ça s’est arrêté 2 jours plus tard ;). 

L’organisme devait se décrasser à fond les ballons ! Et il n’y avait plus d’énergie pour les muscles. 

Cette journée-là ne fut pas facile. 

Principalement à cause du fait que ce soit une journée d’activité avec la famille. 

Et du coup, j’ai commencé à avoir des petits commentaires qui n’allaient pas trop dans le sens de l’encouragement de la poursuite du jeûne :).

Mais je savais ce que je faisais : je m’étais bien documenté, je m’étais entraîné, j’avais renforcé mon mental… Bref : j’étais déterminé à aller au bout de mon objectif, tout en écoutant mon corps.

Le 3ème jour

J’ai passé une nuit avec le nez qui n’arrêtait pas de couler et la gorge qui grattait. 

Un peu de toux. 

J’avais chaud. 

Je me suis souvent réveillé. 

Bref, je n’ai pas passé une bonne nuit.

Ma langue était chargée, blanche. 

Et j’avais des courbatures aux yeux. 

J’ai perdu 1,2kg dans la nuit. C’est beaucoup. La détoxination a battu son plein. 

Niveau énergie : j’étais comme la veille. Complètement ko au niveau forces physiques.

Problème : ce dimanche, j’avais 2 heures de route de prévu + une activité demandant une intense concentration sociale…

Et comme ma famille me disait que c’était un peu insensé ce que je faisais…

J’ai été raisonnable : le midi, j’ai bu un jus de fruits fraîchement pressé à l’extracteur, que j’ai dilué dans de l’eau faiblement minéralisée. 

Et ça m’a bien reboosté pour la journée. 

Ce sera le seul moment où j’aurai bu autre chose que de l’eau pendant cette semaine. 

Ceci est important : si le corps se nettoie trop vite d’un coup (c’est-à-dire que vous avez perdu beaucoup de poids), il faut savoir revenir un cran en arrière pour ralentir un peu. 

C’est ce que j’ai fait avec le jus de fruits frais pressé (bio bien sûr), dilué dans de l’eau. 

C’est important que ce soit dilué. Sinon, c’est trop agressif (vous le sentirez de toute façon).

Le 4ème jour

J’ai passé une bonne nuit. 

Au matin et toute la journée, j’étais en pleine forme. 

Mon énergie était revenue. 

Sur la balance, j’ai remarqué que je n’avais perdu que 100 g. 

Mon corps marquait une pause après ces 3 jours d’intense nettoyage. 

Le 5ème jour

Les forces me manquent à nouveau. 

Et sur la balance, j’ai reperdu 700 g.

Ca y va au Karcher là-dedans ;).

Le 6ème jour

J’ai perdu 900 g. 

Je ressens le manque d’énergie après le lever. 

Mais ça s’estompe dans la matinée. 

Je suis moins fatigué que les autres fois. 

Je m’habitue probablement.

Je sens le coeur qui bat vite, signe que ça travaille là-dedans et que mon énergie est bien utilisée en interne.

Le 7ème jour

Je me sens bien.

Étonnamment bien !

Pas de sensation de faim. 

Pas de fatigue. 

Vraiment rien à signaler. 

C’est presque comme si je ne jeûnais pas. 

Bon, je sais que le corps continue de récurer dans tous les coins, car la langue est blanche. 

Mais à part ça, je n’ai pas d’autres signes. 

Le 8ème jour

Ce matin du dernier jour, je regarde la balance : 10 Kg de moins qu’il y a un mois.

Je me sens bien… aussi bien, si ce n’est mieux que la veille.

Je n’ai aucune fatigue matinale. 

Pourtant, j’ai encore perdu 700 g.

Mais ça fait plusieurs jours qu’au niveau familial les charges s’intensifient pour que j’arrête. 

Alors… je me dis… J’ai fait plus que les 3 jours de jeûne qui étaient ma fourchette minimum. (Je voulais passer ce fameux palier des 3 jours. Seuil avant que le corps ne se mette à comprendre qu’il faut qu’il aille chercher son énergie dans ses réserves).

J’ai tenu pratiquement 8 jours complets… 1 semaine : c’est top !

Et puis, c’est le jour de ma fête, c’est un beau jour pour s’arrêter :-).

Alors, je reste prudent et vais éviter de tout gâcher en cassant la machine :). Il faut y aller petit à petit. 

Pour un premièr jeûne long, c’est pas mal du tout. 

Juste un léger goût d’amertume avec ce sentiment que je pouvais continuer comme ça encore plusieurs jours. 

Mais difficile de savoir, le corps est imprévisible ;).

Alors, célébrons :)… (avec un jus de fruits, bien sûr !).

La reprise

Là, il faut que je vous avertisse à nouveau !

Après le jeûne, ne mangez pas de nouveau comme avant.

Le risque ? Vous prendre un bon retour de bâton de la part de votre corps en le surchargeant de déchets d’un coup. 

Donc… allez-y mollo. 

Désiré Mérien conseille la chose suivante : de la même façon que vous faites une descente progressive par paliers alimentaires… procédez en sens inverse pour la reprise alimentaire. 

Refaites les paliers alimentaires en sens inverse. 

  • d’abord les jus de fruits et légumes (sans fibres donc)
  • puis les fruits et légumes frais (avec fibres)
  • puis, petit à petit, insérez féculents, oléagineux, protéines, etc.

Et profitez-en pour adopter une alimentation plus saine :). 

Pour ma part, j’essaie de me rapprocher le plus possible des préconisations hygiénistes de Désiré Mérien par exemple. 

Comme : 

  • Manger le plus de fruits, légumes, graines germées (frais et bio)
  • Manger plus de cru (pour avoir plus de vitamines, enzymes, micronutriments…)
  • Limiter les interactions entre aliments dont les besoins digestifs sont différents (ce qui accroît les déchets)

Conclusion

J’ai abordé ce jeûne dans une optique de santé, bien être et de renforcement mental

Avant de commencer, j’étais totalement dans l’inconnu : combien de temps allais-je réussir à jeûner ? Comment allais-je réagir ?

J’espérais au minimum passer le cap des 3 jours au bout desquels le corps se met à puiser dans ses réserves. 

Il est impossible de prédire à l’avance ce qui va se passer et comment nous allons réagir. 

Mais la présence de guides de lecture (merci à Désiré Mérien) permet de nous préparer et de réduire les effets indésirables de la détoxification.

Si j’ai un conseil à vous donner : ne négligez pas l’aspect acceptation familiale :-). Et bien sûr, consultez toujours votre médecin pour voir la compatibilité avec vos traitements et votre état de santé. 

Vous savez maintenant comment j’ai vécu cette expérience et j’espère qu’elle vous servira et vous motivera pour vous renforcer et être plus robuste. 

Vous savez donc comment : 

  • Je me suis exercé petit à petit sur plus d’un an (cet article vous en dira plus)
  • J’ai préparé mon organisme au jeûne long sur 3 semaines avec des paliers alimentaires
  • J’ai vécu mon jeûne à l’eau sur (quasi) 8 jours
  • Reprendre l’alimentation à la fin du jeûne sans faire d’impair

Le renforcement de votre santé, de votre bien-être, de votre mental sont l’une des faces de de la gestion du stress. 

Si vous voulez en apprendre davantage pour réduire votre stress, téléchargez ma formation vidéo gratuite

Et racontez-moi en commentaire vos expériences. 

Partagez vos pensées

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}