Vous êtes là…

La douce brise salée caresse votre peau.

Sur votre rocher, face à la mer…

Le soleil se couche. 

C’est le moment le plus beau et inspirant que vous avez trouvé pour votre méditation. 

Un moment unique. 

Mais… comme à chacune de vos méditations…

Une question vous taraude…

“Est-ce que j’adopte la bonne position ?”

Dommage de gâcher un tel instant avec une question si terre à terre ;-). 

Alors… comment savoir si la bonne position que vous adoptez est la meilleure pour méditer ? 

Je vous dit tout tout de suite :-).

Quelles sont les principales positions pour méditer ?

Allez, je ne vais pas tourner autour du pot. 

Je vous livre tout de suite quelles sont les principales positions que vous pouvez utiliser pour méditer. 

Car oui, il n’y a pas 1 position possible. 

Tout est question de feeling et selon comme vous le sentez sur le moment présent. 

Voici les principales positions que vous pouvez adopter : 

  1. Assis sur une chaise (la plus utilisée dans les applications de méditation)
  2. Allongé
  3. Assis comme un yogi
  4. Debout

Assis

S’asseoir sur une chaise, est la position qui est la plus indiquée pour les débutants. Et c’est celle qui revient le plus dans les méditations guidées des applications Petit Bambou ou Namatata

Lorsqu’on est assis, il est recommandé de ne pas s’adosser contre le dossier de la chaise. 

Alors, que faire ? 

Simple, avancez-vous un petit peu, vers le bord (sans tomber). 

Cela rendra votre bassin plus mobile

Et évitera que vous terminiez votre nuit ;). 

Attention à la douceur de l’assise si vous devez tenir un certain temps. 

Allongé

Mais il est également possible de s’allonger. 

Sur le sol. Sur un tapis, un matelas. 

Cela peut être plus adapté à certaines personnes qui ont des douleurs et qui auront du mal à tenir plusieurs minutes assise sur une chaise. 

Mais attention, danger ! 

Allongé vous devrez redoubler de vigilance pour ne pas vous endormir 

Sauf si c’est ce que vous recherchez 🙂

Assis comme un yogi

C’est LA position que vous le monde s’imagine quand on parle de méditation. 

Celle du Lotus

Il s’agit d’une position difficile à tenir pour les débutants. Car il faut une certaine souplesse. 

Il est recommandé de sur-élever le bassin, les genoux retombant sur le sol. 

Comment faire ? 

En utilisant un coussin de méditation par exemple (aussi appelé Zafu), ou une brique de Yoga. 

Ou n’importe quoi qui remontera votre bassin par rapport à vos jambes. 

Debout

Et oui ! Il est également possible de méditer debout. 

Cela peut être intéressant pour éviter de s’endormir, si vous avez mal dormi. 

Tenez-vous simplement tout droit. En évitant de bouger, comme pour les autres positions. 

Et c’est tout. 

En réalité, tout est possible. 

L’important étant d’éviter de bouger, et d’exercer votre esprit.

Ne vous faites pas mal

Je sais que c’est une question qui peut venir souvent. Surtout au début. 

La douleur fait-elle partie de l’exercice ? Faut-il la rechercher ? 

Alors… chacun sa vision. 

Personnellement, je ne ne suis pas masochiste. 

Donc… 

  1. Oui, la douleur, si elle est là, fait partie de l’exercice de méditation. Comme tout ce qui est présent en nous et autour de nous. 
  2. Et non, il ne faut pas aller chercher la douleur pour la douleur. Faut pas être maso non plus. 

Donc, adoptez une position confortable. 

Mais n’allez pas non plus vous affaler sur un transat ou sur votre bon vieux fauteuil club en cuir ;-). 

Encore une fois, la méditation est une question d’équilibre

Soyez entre les deux. 

Ni dans le confort moelleux de l’oisiveté. 

Ni dans la dureté torturante de la souffrance.

EQUILIBRE.

Testez

Ce que je vais vous dire là, c’est un super conseil. 

Valable pour tous les pans de votre vie. 

TESTEZ 

Vous vous dites sûrement que c’est évident, mais… le faites-vous ? 

Comme le dit Olivier Roland, il s’agit d’agir en bon sceptique.

Comment dire de quelque chose que ça fonctionne ou pas…

… si vous n’avez pas essayé !

Vous dites bien à vos enfants : “Goûte avant de dire que tu n’aimes pas” !

Non ?!

Et bien là, c’est pareil :-). 

Essayez, testez, faites-vous votre propre avis. 

Et regardez ce qui vous convient le mieux. 

Car ce qui convient à l’un, ce n’est pas forcément ce qui convient à l’autre. 

Alors, je sais, vous avez vu plein de vidéos sur Youtube, et ils vous montrent tous la position de Yogi parfaite…

Mais soyons honnêtes… vous n’êtes pas un Yogi. 

Je ne dis pas que vous n’en serez pas un, si c’est ce que vous voulez. 

Ce que je dis, c’est que là, maintenant… et puisque vous êtes en train de me lire…

Vous n’êtes pas un Yogi :-). 

Vous êtes en phase d’apprentissage 📖

Alors, allez-y cool 😎 

Et ne vous éparpillez pas sur les détails techniques. 

Tout dépend de l’instant 

Est-ce qu’il arrive que votre état intérieur change au cours de la journée ? 

Bien sûr que oui. 

Entre le matin et le soir.

Selon ce qu’il vous arrive. 

Selon votre état de fatigue. 

Votre météo intérieure change. 

Elle n’est pas la même dans les 16 heures que compose une journée d’éveil. 

Ainsi…

Selon les moments une autre position conviendra mieux qu’une autre pour votre méditation de l’instant. 

Peut-être qu’au réveil, une position assise ou debout vous conviendra mieux… pour éviter de vous rendormir :-). 

Peut-être qu’après un bon coup de stress au travail, vous aurez besoin de relâcher un maximum.. Et là vous adopterez peut-être une position allongée. 

Peut-être qu’en milieu de journée, avant de déjeuner, une position assise vous sera plus agréable. 

Bref, il n’y a pas de réponse universelle. 

Et ceux qui la prônent se trompent !

Car… 

Vous êtes unique !

Et les états d’âme que vous traversez au cours des heures qui composent une journée sont également variables. 

Il n’y a pas de position idéale 

Vous avez regardé tous les sites sur la méditation. 

Visionné des heures de vidéo sur Youtube pour comprendre comment faire. 

Les uns disent qu’il faut s’assoir sur une chaise. 

Les autres ne jurent que par la position du lotus. 

Vous ne savez plus où donner de la tête. 

Car vous voulez bien faire. 

STOP !

Ne cherchez pas à bien faire. 

N’ayez pas d’objectif ou d’attente particulière..

En tout cas, pas au moment de votre méditation

Oui, quelque part nous méditons pour nous sentir mieux dans notre vie, avoir moins de stress, mieux gérer nos émotions, nous sentir en meilleure santé…

Mais là… pendant votre méditation… soyez sans attentes, sans objectifs, sans recherche de performance. 

Nous le faisons déjà à longueur de journée. 

Donc, là… accordez-vous une pause. 

Ne cherchez pas la position idéale !

Elle n’existe pas. 

La position idéale, c’est celle qui vous convient… à vous. 

Dans l’instant présent. 

Vous pourriez même méditer tout en faisant votre activité du moment : marcher, faire la vaisselle, ranger… (mais c’est plus difficile quand on débute).

Car ce n’est pas ça l’important (un peu de teasing pour la suite de l’article).

Votre posture

En fait, j’aurais pu commencer par là. 

La plupart des coachs, ou professeurs de méditation  le feraient peut-être.

Mais, je voulais répondre à votre besoin primaire. 

Votre besoin d’avoir tout de suite la réponse à votre question : “Quelle est la meilleure position pour méditer ?”.

Seulement, il fallait que je vous dise tout ça. 

Car, maintenant que vous avez votre réponse… vous êtes ouvert à entendre autre chose.

En réalité, le plus important dans votre position de méditation, ce n’est pas la position. 

C’est votre posture. 

Kézako ? 

En fait, la posture va un peu plus loin que votre simple position physique dans l’espace.

Il y a un lien étroit entre la posture de notre corps et notre état d’esprit. 

Petit exercice pour vous le prouver :

Amusez-vous à mettre un crayon entre vos dents pendant quelques minutes en regardant un film. 

Cela va vous faire sourire mécaniquement, même si vous n’avez pas envie. 

Et observez si vous n’êtes pas plus enclin à trouver des choses drôles dans le film. Vous allez voir que si :-).

La posture du méditant doit être 

  1. Digne
  2. Alignée

C’est pour cela qu’il est généralement recommandé de conserver une position qui maintient un alignement entre le haut et le bas de notre corps. 

Et d’avoir la tête droite. 

En adoptant une attitude digne, cela facilitera la mise en place de votre position. 

Beaucoup utilisent l’image de l’empilement des vertèbres, comme on empile des pièces de monnaie. Cela vaut si on a une position verticale. 

Donc, avant de commencer :

  1.  adoptez une attitude digne

Puis, si vous êtes en position verticale, 

  1. étirez votre haut et votre bas du corps
  2. Puis relâchez lentement, en sentant les vertèbres s’empiler les unes sur les autres
  3. Sans jamais complètement les relâcher. 

La bonne position est un équilibre entre tension et relâchement. Il faut être entre les deux :-). 

D’ailleurs, pendant votre méditation, c’est pareil. 

Vous n’êtes ni avachi, ni endormi. 

Ni raide, ni super alerte. 

Vous recherchez l’équilibre. 

Entre veille, attention… et décontraction, apaisement. 

L’important ce n’est pas la position

Bon… à ce stade, vous l’avez peut-être déjà compris. 

Le plus important, ce n’est pas votre position. 

Qu’est-ce qui est vraiment le plus important dans votre méditation de pleine conscience ? 

Pourquoi la pratiquez-vous ? 

Pour être en pleine conscience justement !

Pleinement présent. 

A l’écoute de votre corps, de vos sensations, vos émotions, vos pensées… 

Bref, votre état intérieur que nous taisons la plupart du temps. 

Mais aussi pleinement présent à ce qui se passe autour de vous. 

N’oubliez jamais ceci : peu importe comment vous pratiquez la méditation. 

Assis, debout, allongé, en lotus…

Avec un coussin, une chaise, un tapis, une brique…

Ce n’est pas cela qui compte. 

Ce qui compte, c’est d’être en pleine conscience, pleinement présent à ce que vous faites.

Conclusion

Vous n’êtes pas un moine boudhiste !

Et à moins que vous ne souhaitiez en devenir un… 

Il faut lâcher la pression. 

Y compris dans votre méditation. 

Acceptez d’être un débutant. 

Ne vous prenez pas la tête avec des artifices, des accessoires ou des positions de Yogi parfait. 

Car le plus important ce n’est pas cela. 

Le plus important, c’est de faire une pause, sans attente particulière, et d’être pleinement présent à votre corps, votre esprit et au monde extérieur, le tout à la fois. 

Car, si vous n’êtes pas là… où êtes-vous ? 

Ailleurs ? Donc pas présent à la vie qui s’offre là devant vous. 

Pas présent à votre corps et votre esprit qui sont là H24 pour vous. 

Donnez-leur votre oreille, votre attention. Au moins pour quelques minutes par jour. 

Vous serez ainsi moins dans le stress. 

Le stress de la programmation de votre planning de la journée, ou de la semaine.

Le stress des regrets de ce que vous auriez dû mieux faire, ou ne pas faire. 

Moins dans le futur, moins dans le passé.

Et plus dans le présent. 

Avec vous et votre entourage.

Bon cheminement et bonne méditation :-).

Partagez vos pensées

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  1. On n'a pas toujours la volonté ni l'énergie de suivre sa routine même si on sait parfaitement qu'on sera mieux après. C'est pour ça que c'est important d'avoir une petite voix qui vous remet sur votre chemin régulièrement. Merci Hugo d'être cette petite voix ! 🙂

    1. Merci Veronika :-).
      Tu as tout à fait raison.
      C’est l’une des principales causes de l’échec face au stress : ça se joue en marathon, sur le long terme.
      Et il faut trouver des astuces pour tenir jusqu’au bout… ou plutôt jusqu’à la mise en place fluide de toutes nos nouvelles bonnes habitudes.
      Jusqu’à ce que ce ne soit plus un effort.
      Bon cheminement :-).

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}